De Split au Park Naturel de Plitvice

Arrives a Split en "ferry-boat" au petit matin, nous y avons constate l'effervescence de ce carrefour logistique et touristique sur fond de forteresse medievale.
Apres nous etre "remis a neuf" ( eau, alimentation, linge, monnaie...), nous avons repris la route en direction de Trogir avant de piquer dans les montagnes qui surplombent la baie. La-haut nous attend un plateau karstique aux faux airs de savane. Nous voila en Dalmatie, forte d'un riche patrimoine historique et geologique (riviere Krka, grottes...). Pour preuve, notre premiere nuit a Drnis sur le promontoire du chateau local, nous a fait admirer cette plaine immense, qui jadis, hebergeait un campement de 150 000 soldats turques. Des le lendemain matin, une heureuse rencontre, nous donnait l'occasion d'entrevoir le monastere franciscain de Viscova et de participer a la fete annuelle du jambon local, fameux !

C'est pas tout, mais la route nous appelle ! Au programme, vent de face en ascension, ni village ni commerce pour se ravitailler en eau. Le chargement ,lui, ne desemplit pas...du coup on force de trop et Olivier ressent une douleure persistante ralliant le talon au genou (tendinite supposee). Quenini, on rallie finalement le parc national croate "number one" : Plitvice (cf photos). La chance nous sourit, la seule journee de ciel bleu de la semaine sera celle de notre visite. Petit bemol : on n'est pas les seuls sur le coup...
Neanmoins, nous quittons ce cadre d'exception le coeur leger grace au paysage qui nous fait oublier le denivele.
 
Pour info, a ce jour : + de 15 000 m de denivele cumules positifs, + de 3500 kms , 13,5 km/heure de moyenne, temperature max ( 45 ) min (12), sans oublier nos carrioles 13kg pour Marie, 25kg pour Olivier.
 
Une pluie constante nous attend dehors si ca peut vous consoler de l'ete francais. On aura finalement utilise nos K-way ! A present direction l'Istrie en passant par les iles de Krk et Cres.

Le "CCAS" de DRNIS en Dalmatie (Croatie)

On voit sortir de differentes pieces plusieurs femmes de 30 a 50 ans environ, puis d'un pas assure , arrive la directrice des lieux qui nous invite avec un grand sourir dans son bureau. On nous apporte les incontournables gaufrettes au chocolat, et le fameux "cafe turc". Nous sommes vendredi apres-midi, plus que quelques heures et ce sera le week-end. Ces femmes nous recoivent dans une ambiance decontractee !

Nous presentons notre projet et la raison de notre visite. Dans un premier temps, elles sont surprises et ensuite semblent touchees de nous savoir venus a velo pour rencontrer des professionels du medico social.

Ce que l'on croit etre une association s'apparente en fait a un CCAS . Dans cette structure publique, l'accompagnement aux personnes est principalement administratif (aide economique aux foyers),  mais elle permet egalement une veille territoriale. Les usagers ne vivent pas en Institution mais pour la plupart dans leur famille, et viennent ici chercher un soutien psychologique, administratif, des conseils dans la vie quotidienne, une presence.


Ici, il n'y a que des femmes, 4 au total pour 1200 personnes concernees, soit 10% de la population locale. Elles se partagent le travail sur differents poles : enfants, adolescents, adultes, personnes agees.

Elles travaillent dans la petite ville de Drnis et ses alentours ou certains villages ou habitations sont tres isolees.

Nous les interrogeons sur la problematique des mutiles de guerre, au vue des nombreuses personnes amputes rencontrees ces derniers temps mais aussi parce que Drnis a connue une forte occupation ennemie 25 ans auparavant. Elles nous confirment que, beaucoup de cas de handicap physique sont lies a la guerre, mais que plus encore sont concernes psychiquement par un stress post-traumatique. C'est pour cela qu'un ministere special a ete cree a cet effet.

On comprend aussi, au fil de la discussion, que la part d'aide publique demeure tres modeste pour la question du handicap dans la societe et que les familles doivent s'autogerer. 

 

Mais ici, une chose est sur, il faut garder le sourir, ... et esperer que le secteur de l'aide sociale continuera de progresser comme sa societe, vers plus d'egalite et de dignite !

 

En attendant le retour du beau temps ...

En Croatie, on a franchi les 3000 kms !

Les 3000 kilometres franchis , nos fessiers sont maintenant avertis...
La route continue, depuis le Monténégro se sont surtout les paysages qui nous portent et nous emmenent toujours plus loin et toujours plus haut ! Des nouveaux cols a franchir, des vues imprenables sur la mer et ses ilots, des vergers gorges de soleil, des baignades dans des eaux chaudes et turquoises... rien de tel pour une rentrée de Septembre !
Bien que depuis quelques jours nous assistons aussi au ballet de pluie et d'orages !
C'est l'occasion de citer de nouvelles rencontres comme ce couple croate francophile rencontré a Kotor,, Marko et son bric a brac, une journée avec Mijumg une Coreenne a Dubrovnik, la surprenante réapparition de Cora une allemande croisée en Albanie (400km plus loin), et puis cette équipe de boulangers saisonniers sur la péninsule de Peljesac qui nous réapprovisionnent en pains et patisseries ...

Pour ce qui est des Institutions, on a acheté les masques ...et ...on cherche encore !!

Monténégro ...ou les montagnes noires !

Albanie, on s' en est sorti !

Albanie...

avec ton etandard rouge et noir, tes monts, tes vallees, ...

Albanie ...la belle, la genereuse, la tenebreuse, la paresseuse, la chapardeuse, ...

Albanie... une histoire d hommes en terrrase qui boivent du Raquia,...

Albanie, ...tes regards puissant qui renferment toute une histoire douloureuse

Albanie, nous avons trouve chez toi, une terre de tradition, une terre d accueil, ...

Sur la 5eme photo, une interview au bord de la route sur la signalisation proposee aux touristes ! Encore un petit effort ..!!

http://youtu.be/fA9Fg1keNLk

A la rencontre du handicap, dans le petit village de Theth en Albanie

Pour ce rendre a Theth, petit village situe a 750 metres d altitude, il ne faut pas etre trop sensible aux routes escarpees de montagnes... et surtout faire entiere confiance au conducteur...c est apres 3 heures et demies de routes zigzagantes, que nous sommes arrives. Le village degage une certaine authenticite, 15 familles y vivent a l annee avec un tres modeste niveau de vie, les touristes de passage, tres nombreux en ete, permettent de faire vivre ce village sur la periode estivale !

 

Mais notre passage a Theth etait avant tout pour rencontrer Martine, une femme engagee dans ce village aupres des familles et des enfants sur un plan educatif et dans la realisation d une ecole d ete.

Martine est une femme de caractere qui est loin d avoir ca langue dans sa poche ! Ethnologue et psychanaliste de formation, elle est tres engagee dans la question du handicap. Elle a oeuvree de nombreuses annees au Kosovo pour cette cause, et aujourdhui en Albanie, ou la question du handicap reste tres tabou.

Nous avons rencontre plusieurs familles du village qui sont concernee par la question du handicap, et notament la petite Kledissa, atteinte de trisomie 21, et la petite fille blonde qui presente un retard mental non diagnosiqué.

Kledisa manie la peinture et les couleurs d une facon etonnante. Kledisa a une place a l ecole d été de Martine, mais elle n est pas scolarisée a l année avec les autres enfants du village.

Martine avec les familles se battent pour faire reconnaitre les droits, les qualitees et les capacites de ses enfants.

En effet en Albanie la question du handicap reste problematique,  il n y a aucune reconnaissance de l enfant né avec un handicap, aucun soutien materiel ni financier de la part du gouvernement...

Martine mene un combat a l echelle du village concernant l integration des personnes handicapees dans la societe albanaise et  espere dans quelques temps faire une exposition de toutes les oeuvres de Kledisa pour montrer le talent de cette petite fille agee de 5 ans et demie !

Pour en savoir plus,

http://renaissancealbanaise.wordpress.com/objectifs/

 

La Macedoine, ça nous gagne !

Mosque de Bitola
Mosque de Bitola

En Grece, on degresse pas !

Cette semaine au pays de la feta, a encore été riche en rencontres et rebondissements ! Plus on avance, plus on réalise l'étrange équilibre de la vie, ou comment les évenements heureux et malheureux s enchainent sans pour autant nous faire dérailler. Entre le manque d'air des plaines et les bourrasques d'altitude, nous avons enfin pu nous baigner allegremment en Mer Egée. Plus d'orages ici, mais une belle lourdeur de saison, qui nous fait d'autant plus apprécier l'ombre des vergers ou des cafés. Le frappé vous connaissez ? Le café froid local a consommer avec modération !

En tout cas, quel accueil et quelle gentillesse des locaux ! Est ce lié a leur récente récession ? On ne le pense pas totalement, mais le ratio entre une vie modeste et chaleurosité est a méditer.

 

 

Georgios ,responsable de l'euro velo tour 8.

Nous avons rencontré des acteurs associatifs locaux engages dans la vie locale pour les cyclos a Thessalonique, Ils collaborent etroitement avec des assos tournees vers le handicap, mais ces personnes etaient en vacances durant notre passage !

Voici le lien de l association qui travail avec le handicap sur roues, appelee , "de l autre cote"

http://alli-opsi.gr/category/featured/

Chaleur du mois d'Aout

Le 10 Aout,
On sait que beaucoup d'entres vous sont en vacances, nous souhaitons que vous ayez du soleil, car nous avons eu des informations, comme quoi ce n'etait pas glorieux en France. Alors quoi qu'il en soit, on vous envoit du soleil de Grece, de Thessalonique, ...car ici il est difficile de trouver un peu d'air pour respirer !
Et, pour ceux qui ne sont pas partis, on vous partage "encore" un petit bout de notre voyage (...) :
Franchir les 2000 kms, crever un pneu pour la premiere fois, sentir la chaleur du mois d'Aout sur le bout de notre nez, transpirer, chercher l'ombre sous les oliviers, voir Marie se decomposer face a la premiere cote matinale, regarder tous ces paysages qui defilent,... hair les cotes, soupirer au sommet, se sentir vivant dans les descentes,... croiser le regard complice des bergers sur notre chemin, saluer une famille de gitans sur une charette, passer le long de ses routes insignifiantes et chaudes, suivre la trace d'Olivier ...missionne pour l'orientation, sentir les odeurs de charognes ecrasees sur le bord des routes, voir ces monticules de pasteques accidulees, se faire klaxonner par un driver de passage, pedaler ...pedaler encore pour dormir en haut des montagnes et contempler la pleine lune, s'herisser les poils devant les aboiements de 5 chiens, se lever tot le matin pour passer une nouvelle frontiere, quitter la Bulgarie , et puis ...decouvrir une nouvelle langue, rire avec des gens croises par hazard, gouter a de nouvelles saveurs orientales...

Faire une etape de 120 kms pour arriver a "Thessaloniki", ... premiere tentative cotiere ...mais pas de plage a moins de 60 kms et ...sentir que nous n'avons pas le bronzage dernier cri !!!

Sofia grandit mais ne vieillit pas (Haralanbi Tachev 1911)

After one month on the road, we would like to apologize for the people who expect a english translation. As you may know it's not easy to find the time and a proper connection to update it. We also think that it would make a lot of text and the pictures "talk" by themselves, don't they !! You may use google translate if you feel the need...

 

By the way we would like to thanks all the people who write us on the blog or via facebook !! It's always a pleasure and it gives us lot of energy and motivation ! Keep writting !!! 

  

Sofia, ...c'est l'histoire de Nina, de Burek et de Justine, de cette coloc dans un quartier gypsi de la ville.

 

On emporte avec nous, ces moments simples : quand nous pedalions tous les 4 dans le nuit, evitant les chiens errants et les rails de tram, Nina tu etais notre capitaine... rammassage des prunes, matinee crepes... et puis on te retrouve , Nina sur la route ...

Quelle aventure !

Sofia, tout un petit theatre d'expression !

Hristina, engagee dans l adoption internationale

Dans la capitale Bulgare nous avons eu la chance d'etre mis en relation avec Hristina, traductrice en agence d'adoption internationale. Elle nous a temoigne son regard sur cette population infantile abandonnee des le plus jeune age.
Dans cette Institution, 98% des enfants sont Roms et ceux d'origine Bulgare connaissent de lourdes pathologies comme des paralesies cerebrales, des malformations congenitales (spina bifida), des trisomies...
Hristina ne se dit pas travailleur social, mais son action quotidienne aupres de ces enfants et des familles etrangeres demontre les aspects indirects de l'action humanitaire.
Par ailleurs , elle a souligne, qu'a ses yeux, la societe civile montrait plus "d'ouverture" concernant les personnes avec un handicap moteur plutot que celles avec une deficience mentale.

En route pour la Bulgarie ...

Alex nous a interpelé en pleine rue et raconté comment il a fabriqué lui meme son velo pour faire du portage jusqu'a 200kg !
Alex nous a interpelé en pleine rue et raconté comment il a fabriqué lui meme son velo pour faire du portage jusqu'a 200kg !
Ah la la...les gens visent pourtant la poubelle mais aucun service de ramassage, dommage !
Ah la la...les gens visent pourtant la poubelle mais aucun service de ramassage, dommage !

Escale francophone en Serbie !

Arrivé épuisé au coucher du soleil (après 130km vallonné...) chez Victor et Selena, nous avons été accueillis comme des pachas dans une maison en bois construite avec goût et caractère! En bonus, nous avons pu aussi éviter deux jours d'orage importants et reposer nos fessiers...

Serbo-Suisse, Victor nous a raconté son parcours de vie et sa vision pertinente sur les contrastes est/ouest !

Quelques petits travaux suite à la pluie...et puis c'est reparti !!   

Ahhh, enfin le retour du relief !!

"la vie est un ocean. Chaque jour est une vague sur cette ocean de vie. vague a l'ame , ame a l'ocean. Nous ne nous etonnons plus de l'hiver triste et froid ni du printemps joyeux et chantant . Pourquoi donc s'etonner des creux et des cretes des vagues de la vie ? Elles en sont sa structure . Hauts et bas , alternance de pluie et d'eclaircies, joies et peines , petits malheurs et doux bonheurs , a vivre pleinememt ... telle est la vocation du chemin d' apprentissage du voyage..." Christophe Cousin - Le bonheur au bout du guidon 

 

 

Nous avons quitte la Roumanie, non sous un air d'accordeon mais sous le son assourdissant du trafic des automobilistes avant le passage de frontiere... 

Il faut venir se perdre sur les routes de Roumanie pour comprendre le folklore et les contrastes de ce pays, ...traverser ces villages, escalader ces vallons, s'arreter sur la place du village, dans un bistrot, pour parler et rire avec ces hommes a chapeaux, ces femmes au fichu a fleur ... des poules dans la rue, des cheveaux qui tirent des charettes, femmes aux champs, de la musique d'ailleurs qui s'evade des fenetres...

Nous remontons une derniere fois le Danube cote Serbe pour appercevoir cette gigantesque scupture de 50 metres de haut 

 et nous rendre a Zajecar chez la famille Lazarev !

Timisora - Resita : 110 kms

Sergiu, dit la salamandre doree, nous a recu chez lui a Resita, apres avoir couru 45km en competition le jour meme !!
Sergiu, dit la salamandre doree, nous a recu chez lui a Resita, apres avoir couru 45km en competition le jour meme !!

VIVE LE TOUR ...DE FRANCE et DES BALKANS !

...des Balkans
...des Balkans

Samedi 26 Juillet

Arrivees dans la ville de  Resita, nous avons regarde le Tour de France dans un bar de la place principal.

Olivier n"allait quand meme pas louper le contre -la-montre Bergerac Perigueux...

Un grand clin d"oeil a la fondation john Bost, car nous avons vu votre creation sur le handicap du haut de l"helicoptere ! Whaouuu ! Il faudrait essayer ce velo-fauteuil !

Oliv cherche des potes sur les bords de route qu"il connait bien et Marie dessine les serveuses tres charmantes...et leur offre les dessins !

Resulat des courses : les francais font deux et troisieme au general et le patron nous offre toutes nos consommations !!

Clin d"oeil a l"architecture byzantine de la toiture de st Front a Perigueux !

1150 kms, on quitte la serbie pour la Roumanie : arrivee a Timisoara

A Timisoara, nous explorons la ville avec Anna, et Radu, deux super jeunes muscisiens professionnels ferus de rencontres.

Dans cette ville, a ete recemment construit un pont realise avec des bouteilles plastiques ( 2/3 mois de collecte pour 110000 bouteilles) C"est la demarche d'une association environnementaliste soutenue par la mairie, qui a permis cette realisation technique et artistique (Guiness des records en la matiere) ! Belle facon de sensibiliser la population au tri des dechets !

 

En parallèle, nous avons été en contact téléphonique avec une professionnelle du secteur sociale, mais elle n'a pu nous recevoir faute de temps avant les vacances... Laissons aussi le voyage nous reserver ces surprises !

 

" Veternik" institution a Novi Sad

Lundi 21 Juillet 

A Novi Sad, Nous avons pu faire l'agreable rencontre de Jasenka, une jeune femme disponible et dynamique. Jasenka est une psychomotricienne, elle travaille dans le prive et le public.  Par le biais de ces divers contacts, nous sommes alles visiter une institution aux portes de Novi Sad !

Nous avons fait notre presentation devant environ 100 personnes en situation de handicap, autant vous dire que c'etait plutot folklorique, vu la taille des dessins !! Puis nous avons experimente certains tours de magie sous les aplaudissements et le rires des enfants et des adultes !

Le temps et la configuration du groupe nous ont fait defaut pour developper en petit comite une relation plus intimiste autour du jeu.

Ici toutes les pathologies sont melangees : physiques et mentales ...Imaginez une structure avec 600 personnes (majoritairement privees de liens familiaux), accompagnees par 45 personels educatifs et peu de moyens !

 

En piece jointe voici le lien, du centre pour enfants de la rue ou collabore Jasenka et Gagi (un circacien engage pour des ateliers avec ces jeunes) https://www.youtube.com/watch?v=rezb9_zyWDk

http://decijeselo.org.rs/  le lien de SOS village, ou ils organisent des ateliers de cirque avec des enfants qui n'ont plus de parents.

 

Frosina, une artiste engagee pour le handicap

le Samedi 19 juillet

Nous avons rencontre Frosina cette apres- midi dans un lieu mondain et "in" de Novi Sad, "The place to be". 

Frosina semblait un peu decallee a cote de toutes les gourgandines en maillot de bain fluo et la musique kakophonique!

Simple, gracieuse, aerienne ...Frosina est danseuse et a notre agreable surprise, elle parle francais !

Frosina travail egalement avec une equipe qui integre des personnes handicapees mentales dans sa troupe de danse et de theatre. 

Frosina nous parle de l'integration de ce petit groupe de 10 personnes environs avec simplicite :

"Je ne fais pas de distinction, de stigmatiation, je laisse parler la creativite de ces personnes, en les considerant comme vous et moi ! "

Il se retrouve en general la semaine, en fin d'apres-midi. En effet, cela permet de sortir du contexte familiale, d'exprimer ses sentiments, de developper son imaginaire.

Ils peuvent ainsi exprimer 'leurs petits riens', leurs reves, leurs desirs, ...etre ecoute, regarde, applaudis !!

Avec peu de moyens, cette troupe a grandi au fil des annees, et fetera en Decembre prochain son 15 eme anniversaire. La video, le theatre, l'art plastique, et la danse seront des diciplines exposees pour l'occasion.

Une nouvelle creation theatrale est aujourd'hui en construction.

La troupe a deja fait plusieurs representations en Serbie et a fait escale a Berlin, au Montenegro ...peut etre la prochaine destination sera la France !!

le lien en Serbe : http://www.perart.org/

 

 

De Novi Sad a Titel

Milan a ete notre compagnon urbain pendant 4 jours dans cette jolie ville de Serbie.

Une rencontre unique, artistique, atypique , ...la simplicite a l etat pur !

Notre chemin etant sur le route de son village natal, nous avons eu le privilege de rencontrer ses parents, qui ne parlent pas anglais. Nous avons du donc faire preuve d'imagination, en dialoguant par le mime ...

En Serbie, nous avons ete marque par la generosite des personnes rencontrees : Marjanna, Milan, Vitka et sa mouge, Gagi, ... Les echanges avec les differentes generation nous on permis de mieux comprendre le pays...malgre le manque de moyens, le taux eleve de chomage, et un passe douloureux ... on sent que la Serbie tient entres ces mains des valeurs primordiales ( l'entraide, la famille, la creativite ...)et ne demande qu'a souvrir au voyageur de passage !

 

 

Premier jour en Serbie : a Novi Sad

La rencontre avec Milan (nouveau Warm shower), est une vrai aubaine. En effet, il est videaste, et a realise un documentaire autour de son voyage a velo du Portugal a la Serbie. Ce matin, il nous a convie a l'une de ses representations dans le cadre d'un festival pour la jeunesse Serbe. Apres de nombreuses questions autour du voyage, nous avons fais des tours de bicyclette pour les plus avertis !

rencontre dans le cadre d'un festival avec des enfants
rencontre dans le cadre d'un festival avec des enfants

En route pour le Danube

Nous apercevons enfin ce fleuve impressionnant de 500 metres de large soit l'equivalent de 5 terrains de foot ! 

Zagreb - Vukovar : 400 kms

Nous traversons de nombreux villages croates, maisons faites de briques et de broque, des vielliards guettant les passants, des enfants sur de modestes velos, des champs de mais, de tournesols a perte de vue, une route plane , longiligne  ...nous croisons des regards complices et parfois interloques par notre baguage imposant ! La chaleur nous guette, nous comptons sur les impressionantes ailes des cigognes pour nous apporter un peu d'air ...  mais la simplicite, l'accueil et la disponibilite des regards croises nous apportent tellement, c'est la, toute la richesse du voyage !

Valejia family
Valejia family

un fil rouge tendu vers les institutions du Perigord

Nous tenons a rappeler que nous sommes suivis en ligne par deux institutions perigourdine a savoir l'atelier mille mots de la fondation John Bost de la Force, et la residence de l'Etoile a Sarlat La Caneda. 

Nous allons manquer le "tour de France" en Dordogne mais nous le suivons depuis les Balkans ! On compte sur vous pour nous le raconter a notre retour ...

Ljubljana - Zagreb, 150 kms

 

C'est au son des acclamations des buts allemands contre le bresil et des coups de tonnerres  que nous nous sommes couches la veille de notre rencontre avec les membres de l'institution nommee : Zelva ( la tortue).

 

Depuis, nous avons repris la route malgre une pluie diluvienne. Le paysage oscille entres vallons et bassin industriel. Nous avons pu connaitre encore une fois la generosite des slovenes qui nous voyant trempe, nous ont accueilli !

 

 

Apres une arrivee entre pots d'echappements et soleil battant...nous voila a Zagreb , capitale de la Croatie ! A present, la route est plutot plane et nous comptons en proffiter apres les 2500 metres de deniveles positifs deja surmontes ...

et sinon sa va ??
et sinon sa va ??
 Abri typique Slovene
Abri typique Slovene
Kristina et sa mere, accueil pour la nuit et une douche , great !!
Kristina et sa mere, accueil pour la nuit et une douche , great !!

Rencontre avec l'institution " Zelva" sur Ljubljana

Nous avons pu rencontrer une institution ou sont accueilli des adultes en situation de handicap et leurs differents educateurs  sur Ljubjana dans un premiers temps, puis Kosana notre interprete, nous a accompagne dans divers lieux : un atelier de creation de peluches et dans un lieu de vie d'environ 10 residents. Nous avons pu faire notre presentation qui a debouche sur un echange en lien avec nos similitudes et differences culturelles  ...

Lors de la visite, il y a eu des rires , de la complicite , des echanges simples, ...bref ce fut vraiment une belle journee ! 

Ljubljana, du 5 au 9 juillet

Robes legeres, fanfares, passants a velo, ...nous sommes les spectateurs de cette fourmiliere singuliere et ennivrante !

on sirote des boissons fraiches en terrasse pour se desalterer devant ces monuments colores, ces rues aerees et ce canal qui amene un peu de fraicheur en ce debut d'ete ...

Nous sommes si petits dans la ville et vulnerables avec nos bicyclettes qui encombrent les ruelles, heureusement pour nous que le  velo est ici un moyen de locomotion comparable aux pays nord europeens ! Cette ville compte 280000 habitants soit le dixieme du pays, mais on y respire avec ces grandes arteres et ses grands parc valonnes !!

Demain nous avons rendez vous avec des membres d'une institution pour une presentation et une visite.

Nous reprendrons la route d'ici peu, car le calendrier comme nos jambes nous le demandent !

 

Depart pour la capitale

warm shower chez Igor et son fils Gal
warm shower chez Igor et son fils Gal
De jeunes agriculteurs nous pretent leur champ pour poser notre tente
De jeunes agriculteurs nous pretent leur champ pour poser notre tente

2 juillet - 4 juillet : Tolmezzo - Skofja Loka , 170 kms

3 jours, 170 kms, 1500 m de denivele cumule positif .

Notre premiere journee a velo a travers les Alpes Juliennes, nous a marque par la richesse de ses paysages et de la difficulte du premier col a franchir !

Le lendemain etait consacre a une longue descente le long de la Soca, riviere eblouissante par son bleu turquoise. La troisieme etape nous a conduit a Skofja Loka. Nous trouvons notre rythme de pedalage, tout en nous adaptant a notre nouveau quotidien en nature.

Apres une premiere nuit d'orage, nous connaissons un temps splendide...nous sillonons les routes et prenons le temps d'observer :

coupe des foins en famille, rangement du bois pour l'hiver, eglises perchees en altitude et de nombreuses steles bordant les routes en memoire des differents conflits qu'on connu cette population depuis des generations.

Un coup de klaxon, le rire des enfants et c'est reparti ..... direction : la capitale !

27 juin au 1 juillet : Tolmezzo

Avec plusieurs co-voitureurs et suite a differentes escales sur les routes de France, de belles energies nous ont portes jusqu'ici.

Tolmezzo (Friuli ) entre les Dolomites et les Alpes Slovenes (ce qui permettra d'etre directement dans le vif du sujet au moment du premier coup de pedale ),...et nous qui pensions arriver au bord de la mer, dans un restaurant bio ...les joies du Woofing !!!

Finallement, nous avons ete recu a l' italiennneeee, par Kathrin y Mattheo, ambiance "pasta y musica" ...sur fond de montagne verdoyante et d'un atypique potager, ou s'entremelent legumes, fleurs sauvages, et fruits.

Kat fait de la permaculture et des paniers, Matheo est educateur dans un foyer cooperatif pour adultes handicapes physiques et mentaux , .... bellissimo !

Nous croisons plusieurs de leurs amis educateurs, et echangeons nos regards sur le metier et sur notre demarche pour notre futur projet a velo !

Mais attention, la soupe se gagne ici ...( enfin... les pates ecolo !! ) : jardinage , coupe de bois, tonte, rangement, concours de tapette a mouche ( il y en a par centaines) ... tout ca dans une ambiance bucolique...

Bref, de beaux echanges, avant d'entreprendre notre premier coup de pedale, demain matin au leve du soleil ....

see you later

 

Olivier et Marie

Tolmezzo, 1  juillet

 

Ps : Region de Fruili au nord-est de l'italie de laquelle vient le psychiatre Franco Basaglia connu pour sa critique de l'institution asilaire. Son combat est a l'origine de la Loi 180 visant la suppression des hopitaux psychiatriques, en Italie, devenue definitive en 1999.

Ps2 : Notre passage sur Nice la veille de son Iron Man, nous a conforte dans la symbolique de ce qui nous attend et nous renvoie au film de Niels Tavernier, "De toutes nos forces" (vivement recommandé)!

ps3 : ahhh, ils nous avaient manqué ces claviers étrangers

Presentation du projet a la residence de l'etoile

Notre projet a ete possible grace au partenariat avec la residence de l'etoile a Sarlat et la fondation John Bost a Bergerac.

Ainsi les residents seront le fil rouge de notre ete, d'un bout a l'autre de l'europe nous resterons en contact !

Mai - juin : derniers preparatifs

Battements de tambour ... J - 25 jours avant le départ.

Un voyage tel que celui ci c'est plusieurs mois de préparation :

montage des vélos, regroupement du matériel, réalisation du support pédagogique pour les institutions à l'étranger, ...

Nous sommes allés visiter deux institutions à Sarlat et Bergerac ( John Bost), ou nous avons présenté notre projet devant des personnes adultes en situation de handicap.